• Schefferville
  • Schefferville
  • diaporama03
  • diaporama04
  • diaporama05

Histoire 

  • D'hier à aujourd'hui

    Schefferville a été nommée en l'honneur du premier évêque de Labrador-Schefferville, Mgr Lionel Scheffer. Située à la limite nord de la forêt boréale et au sud de la toundra, à cheval sur la frontière entre le Québec et le Labrador, la ville doit son existence principalement aux mines de fer exploitées.

    Le potentiel minier fut révélé par un passionné de géologie, le Père Babel, venu évangéliser les Innus en 1854. Il mit par écrit ses découvertes faites en compagnie de guides innus en particulier celle du minerai de fer dans la fosse du Labrador. Le géologue A.P. Low, quelques années plus tard, répertoria en 1892 quelques sites potentiels de zones minérales. Ce géologue eut la tâche d'explorer la région pour la commission géologique du Canada. À cette époque, il n'existait aucune carte géographique établie sur le Nouveau-Québec. Low se servit des écrits du Père Babel comme point de départ. On doit à un chasseur trappeur innu Mathieu André Misha-Napeu, chasseur trappeur bien respecté dans sa communauté, de soulever l'intérêt pour la région de Schefferville, en particulier du lac Knob, lequel fut tiré un premier échantillon de fer. On le retrouve maintenant dans un musée à Baie-Comeau. La 2e guerre mondiale marquera un tournant pour l'industrie qui vivra une accélération de relevés géologiques et des travaux gigantesques.

    Les premières infrastructures permanentes de prospection voyaient le jour en 1947 à Schefferville. Ces installations marquent encore le paysage de la ville, la cabane de Burnt Creek (lieu d’un accord déterminant en 1947) tout comme le Guest House où mourait en 1959 le premier ministre de l'époque, Maurice Duplessis.

    QNSL

    À compter du 1er août 1955, le territoire est constitué en corporation sous le nom de « corporation municipale de la ville de Schefferville ». À partir du 15 août 1955, ils furent nommés aux fonctions ci-après : François Langlais, chef électricien, membre du conseil municipal et maire de ladite ville, M. Horace Lanthier, électricien, Marc Chénier, pourvoyeur, Joseph Skelding contremaître, Allan Macdonald, comptable, sont nommés échevins de la ville.

    La population va croître autour de 4,500 personnes et aussi dramatiquement se réduire après les fermetures à 280 en 1981. Plusieurs gens qui ont fait Schefferville sont maintenant dispersés. En 2014, la population était estimée à 230 habitants (en progression constante) dans une agglomération totale incluant les communautés Naskapie de Kawawachikamach et Innue de Matimekush et du Lac-John d'environ 1800 personnes.

    En marchant dans les rues de la ville, vous y retrouverez quelques sculptures qui furent exécutées lors d'un symposium organisé par les autorités municipales en 1970. Schefferville fut également l'hôte des Jeux arctiques en 1976 réunissant plus de 1000 athlètes du Yukon, de l'Alaska, des Territoires du Nord-Ouest et du Nord-du-Québec.

    Avec une demande mondiale grandissante en minerai de fer et autres métaux et une hausse de prix, Schefferville depuis 2011 est environnée de nombreux nouveaux projets miniers. Sa position stratégique au cœur de la fosse du Labrador en fait un centre de services incontournables pour les entreprises minières du Nunavik et du Labrador. Schefferville connaît un nouveau départ.

    Endroit de pêche, avec quelques excursions de tourisme d'aventure, de découverte de cultures autochtones à proximité et de grands travaux miniers, Schefferville est desservie par le train à partir de Sept-Îles et de vol direct à partir de Montréal, Québec et Sept-Îles. La réservation à hôtel et pour les transports à l'avance est conseillée surtout en période estivale.

    Danielle Sauvé 

  • Then and now

    Schefferville was named in honor of the first Bishop of Labrador, Lionel Scheffer. Straddling the border between Quebec and Labrador, where the boreal forest ends and the tundra begins, the town owes its existence primarily to the iron mines.

    The area’s mineral potential was first discovered by Father Louis Babel, a Catholic priest and amateur geologist who came to evangelize the Innu in 1854. He recorded the findings he made in company of his Innu guides, especially the iron ore in the Labrador Trench. A few years later in 1892, geologist A.P Low catalogued several potential mineral zones. Low was tasked with exploring the area for the Geological Survey of Canada. At that time, there were no maps of New Quebec. Low used Father Babel’s writings as a starting point. However, it was André Mathieu Misha-Napeu, an Innu trapper highly respected in his community, who really helped spark interest in the Schefferville area, especially the Knob Lake area, where the first iron sample came from. That sample is now at the museum in Baie-Comeau. The Second World War marked a turning point for the mining industry, sparking a renewed wave of geological surveys that led to massive mining developments.

    The first permanent prospecting infrastructure was established in 1947 in Schefferville. Some of these early facilities still mark the landscape of the city; include Burnt Cabin (where an important agreement was signed in 1947), and the guest house where Quebec Premier Maurice Duplessis died in 1959.

    CNR

    On August 1, 1955, the territory was incorporated under the name of "Municipal Corporation of the town of Schefferville." On August 15, 1955, the first municipal council was formed with chief electrician François Langlais as mayor. There were four council members: Horace Lanthier, electrician, Marc Chénier, outfitter, Joseph Skelding, foreman, and Allan Macdonald, accountant.

    The population eventually rose to 4,500, then dramatically shrank after the mines closed. In 1981, 280 people were left, and most of those who had built the town were scattered. Today (2014), the newly growing population is estimated at 230 (1,800 including the Naskapi village of Kawawachikamach and the Innu communities of Matimekush and Lac-John). As you walk through the town today, you can still see some of the sculptures created at a symposium organized by municipal authorities in 1970. Schefferville was also the host of the 1976 Arctic Games, which brought together more than 1,000 athletes from the Yukon, Alaska, the Northwest Territories, and northern Quebec.

    With growing global demand for iron ore and other minerals driving up metal prices, a whole range of new mining projects have sprung up around the town since 2011. Schefferville’s strategic location along the Labrador Trench make it an important service center for mining companies and for residents, both locally and in Nunavik and Labrador. A new chapter for the town has begun.

    Schefferville offers outstanding fishing, adventure tourism, and great opportunities to discover Aboriginal cultures (Innu and Naskapi) and see big mines in action. The town is linked by train to Sept-Îles and by direct air connections to Montreal, Quebec, and Sept-Îles. Travel and hotel reservations are recommended, especially during summer.

    Danielle Sauvé

 

Archives : un petit clin d'oeil


 

Municipalité de Schefferville

505, rue Fleming, Schefferville (Québec) G0G 2T0   

Téléphone : 418 585 2471

Télécopieur : 418 585 2256
directiongeneraleschefferville@gmail.com

 
MRC Caniapiscau